Nimue Création Pas à Pas

Il y a quelques mois de cela, plus d’un an, j’ai compris que Nimue, bien qu’ayant un nom arthurien, n’avait pas encore créer de sujets de broderie issus de la Légende Arturienne. What ?
Cela semblait tout de même incroyable qu’après plus de 17 ans à s’appeler Nimue (La Dame du Lac), rien, aucun personnage, ne transmettait cette culture qui est le terreau de mon inspiration.
 
Une opportunité allait me permettre de me lancer dans la réalisation de ce panthéon arthurien : une invitation à Moscou, comme invitée d’honneur d’un salon art du fil & artisanat, Formula Rukodiela en février 2020.
 
Les premiers sujets de point de croix furent Guenièvre, puis Arthur, le Couple Royal.
Maintenant c’est au tour des êtres de l’Autre Monde, les Enchanteur et Enchanteresse : Merlin et Viviane.

Viviane La Dame du Lac : épisode 10

Décor ?

Quelques jours, heures et séries Netflix plus tard j’en suis toujours au stade du décor.
 
J’ai commencé le décor il y a un mois déjà, c’est long. Moyenne de 3 heures par jour 4-5 fois par semaine. Je ne sais pas pourquoi cela me prend autant de temps ? Ça n’est pourtant pas compliqué.
 
J’ai terminé les rochers, cascade et autres minéraux et me voici dans la forêt, flottant dans la canopée. J’aimerais pouvoir dire que j’arrive au bout mais ce serait mentir.
Je n’ai pas encore terminé les premiers arbres de droite et il me reste la grosse touffe de gauche ! Pouh

Sans lumière : pas de choix de couleurs.

 
Que c’est-il passé ?
 
J’ai fait ce que j’ai dit. Ce qui n’est pas rien.
J’ai continué en 1 fil sur 2 fils de trame. Et je ne regrette vraiment pas.
C’est doux et léger comme le personnage. C’est harmonieux.
 
Faisons les comptes.
Combien de temps pour broder ?
Hier j’ai eu une journée typique :
  • J’ai pris mon ouvrage vers 16 heures.
  • Conçu la zone à broder
  • puis je me suis lancée.
  • 3 heures plus tard j’avais brodé… un peu de feuillage.
Retour à l’historique :
  • 19 septembre : cheveux terminés
  • 22 septembre : le lac est brodé
  • 26 septembre : les rochers en dessous sont brodés
  • 29 septembre : les rochers au-dessus du lac sont brodés
  • 1er octobre : j’attaque la partie en bas à droite de Viviane
  • 3 octobre : les premiers rochers du bas sont en place
  • 9 octobre : je suis montée d’un cran j’arrive au niveau de la main
  • 10 octobre :  j’ai dépassé la main !
  • 16 octobre  : les rochers et cascade sont terminés
  • 18 octobre : les arbres ont pris racine
  • 19 octobre : les feuilles surgissent
 
A part entre le 3 et le 9 octobre où il y a un vide c’est tout de même assez rythmé.

Faire pour faire est inutile. Lorsque je ne suis pas sûre, j'arrête.

 
Mais qu’est-ce qui s’est passé entre le 3 e le 9 octobre ? De la pluie très chère ! Une semaine de pluie et de front bas. C’est-à- dire : pas de lumière.
Sans lumière : pas de choix de couleurs.
 
En ce moment, là où j’habite, c’est-à-dire dans la forêt de Brocéliande, on a de la (bonne) lumière vers 17h.
A cette heure là, la lumière devient vaste dans la pièce sans être éblouissante. C’est à moi de faire en sorte d’être à un moment de décision. C’est-à-dire que je dois avoir brodé ou conçu tout ce qui mène à ce moment-là avant. Si c’est une heure après, c’est trop tard, je devrais attendre le 17h du jour suivant.
Faire pour faire est inutile.
Lorsque je ne suis pas sûre, j’arrête.
Hier, quelqu’un me disait : « le perfectionnisme est statufiant ».  C’est vrai.
 
Ce sujet pourrait être terminé depuis longtemps entre les mains de quelqu’un d’autre. Entre les mains de quelqu’un qui ne s’arrêterait pas à tous ces petits détails, ces heures parfaites. Mais voilà j’en suis le capitaine et le capitaine du navire est atteint de perfectionnite aiguë. Aïe !
 
 
Concrètement cela signifie que si je n’ai pas la vision de la bonne réponse je préfère ne pas répondre pour ne pas avoir :
  • soit à être déçue
  • à m’en contenter
  • soit à devoir refaire
 
J’ai choisi mon camp mais cela a des conséquences. Je ne produis pas assez vite pour ce monde en accéléré. Tant pis. Ça me plait comme ça.
Ce qui est amusant c’est que ce que je brode en ce moment c’est là où je suis.
 
Mon antre de création est à cinq mètres au-dessus du sol, ouvert sur les grands arbres. Il y a deux belles fenêtres, l’une donne sur la forêt avec au premier plan des saules et juste derrière les chênes centenaires. L’autre fenêtre donne sur les énormes ramures d’un platane aux feuilles plus larges que ma main.
 
Vous comprendrez pourquoi parfois c’est un peu sombre. Cependant les feuilles vont tomber et d’ici un mois j’y verrai plus clair !
 
A regarder l’image l’on comprend que c’est une affaire de pointillisme. La végétation n’est pas vraiment dessinée mais suggérée par des touches rapprochées de couleurs mélangées.
Vous allez me dire c’est super le pointillisme c’est un peu comme le point de croix !
Oui mais non.
Si je suis l’image au plus près, je suis sûre d’arriver à une sorte de bouillabaisse de points anecdotiques. Et d’ailleurs les points d’une grille stricte comme le point compté ne correspond pas à des touches de peinture qui s’enchevêtrent.
Il faut interpréter. Créer une manière qui donnera l’illusion que c’est la même chose.
 
Pour aller plus loin, mon travail de coloriste consiste à trouver la bonne vibration entre les couleurs. Au-delà de ce que cela représente arbre, pierre, visage, c’est de faire en sorte que les couleurs aient envie de « chanter » ensemble.
Cela n’est pas possible sur tout un ouvrage parce qu’il y a des contraintes, mais il y a parfois, à certains endroits, une forme de magie qui s’opère.
  • C’est ce qu’il y a par exemple dans le visage de Guenièvre, une sorte d’harmonie parfaite qui amène la grâce.
  • Pour Viviane, la cape, avec son effet vaporeux, donne énormément de charme à l’ensemble.

Quant aux arbres, comme je n’ai pas l’effet de contraste lié au rose du ciel de l’image originale, ma toile étant blanche, et n’ayant absolument pas l’intention de broder le ciel : comment vais-je interpréter les arbres ?

    Petite Bibliothèque Arthurienne

 

 

Un peu de lecture avant de se quitter….

Si dans la plupart des romans arthuriens l’on suit les épopées fantastiques des chevaliers, peu mettent en avant les personnages féminins.

L’œuvre de Marion Zimmer Bradley apporte un nouveau souffle en donnant les premiers rôles aux personnages féminins : Viviane la Dame du Lac, Morgane la Fée, Yguerne reine de Cornouailles, Guenièvre…

Permettez-moi de partager avec vous cette littérature que j'adore. « En tant que Partenaire Amazon, je réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises. »

 

 

 

 

Si la lecture ce n’est pas votre truc vous pouvez tout de même en profiter : il y a les DVD !

Rendez-vous pour la suite : Viviane Episode 11…

N’oubliez pas de vous inscrire dans l’encart à droite pour suivre tous les épisodes

Viviane, La Dame du Lac, par Nimuë d’après une illustration de Zéphir d’Elph.

N’hésitez-pas à laisser vos commentaires ci-dessous !

Annaïck Chauvel

Annaïck Chauvel

Bienvenue dans l’histoire des Créations de Nimue. Ici je partage avec vous le Comment et le Pourquoi de ces créations.

Table des matières

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
patricia rougé

c’est super !!!!!! j’aime beaucoup le rendu du décors quand aux livres je les ai lus il y a déjà un petit moment j’avais bien aimé bises et bon week-end
patricia

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x

Cadeau
Bonne Année

Nimue01

Entrez ce code dans votre panier et bénéficiez d'une remise de 5 % + 1 cadeau surprise