fbpx

Nimue Création Pas à Pas

Il y a quelques mois de cela, plus d’un an, j’ai compris que Nimue, bien qu’ayant un nom arthurien, n’avait pas encore créé de sujets de broderie issus de la Légende Arturienne. What ?
Cela semblait tout de même incroyable qu’après plus de 17 ans à s’appeler Nimue (La Dame du Lac), rien, aucun personnage, ne transmettait cette culture qui est le terreau de mon inspiration.
Une opportunité allait me permettre de me lancer dans la réalisation de ce panthéon arthurien : une invitation à Moscou, comme invitée d’honneur d’un salon art du fil & artisanat, Formula Rukodiela en février 2020.
Les premiers sujets de point de croix furent Guenièvre, puis Arthur, le Couple Royal.
Maintenant c’est au tour des êtres de l’Autre Monde, les Enchanteur et Enchanteresse : Merlin et Viviane.

Viviane, La Dame du Lac : Episode 12

Viviane broderie or

La Révélation

« J’ai beau chercher dans la palette quelles couleurs pourraient convenir pour poursuivre en deux fils mais je ne trouve rien. Tout est trop fort trop intense. Il faut que je trouve autre chose…  » Viviane episode 11 extrait

Parce que tout est trop fort et trop intense en 2 fils pour le visage, je prends la décision de tout reprendre et d’essayer autre chose.
Je défais le buste et essaye en un fil pour voir… Pas mal.
Alors je dé-brode : les quelques points du visage, le cou, le buste. Mais je laisse les mains en deux fils.
Je brode le cou. C’est un peu pâle. Mais bon c’est ce que je veux : une peau un peu diaphane.
Vient le visage. Ça me parait à la fois bien et pas bien. Je sors de ma zone de confort habituelle en brodant « pâle ».
Alors j’enchaîne : bouche, nez, yeux. Il faut bien avancer !
A ce stade rien ne me semble évident.
 
Je laisse en suspens, je dois fabriquer la broche.
 

Finitions

 
1-Perles….
Choisir les perles pour le bâton est vraiment simple. Seul impératif : il faut que ce soit les mêmes que pour la broche. On ne peut pas multiplier les références.
Elles sont vite brodées.
2-Contours…
Choisir les fils pour les contours n’est pas toujours logique. Sur l’image originale il peut s’agir d’un taupe, ou d’un gris/mauve mais pour la broderie il faudra plutôt un bordeaux rosé. Il faut souvent s’émanciper de ce que l’on voit pour créer autre chose, autrement.
Pour garder l’esprit de légèreté du modèle, rien ne sera trop cerné, à part les cheveux et la robe. Les points arrières seront parfois en pointillé et non en continu.
 

Parfois il faut avoir un peu de culot et oser la transgression.

 
3-Broche/fibule…
Dans mes nombreuses boîtes à laines et fils, je trouve un lacet tressé de fil d’or. Le diamètre est bon. Dès que je le vois je sais que c’est lui l’élu ! Ce sera mon choix.
Pour représenter un objet avec des matières différentes il faut d’abord comprendre l’objet. Une fois que l’on a bien enregistré sa forme et ses points de tension, alors on peut attaquer la réalisation.
Je fais une première boucle que je fixe avec des petites points, puis une plus grande et le tour est joué.
Même principe pour la pique : on place et on fixe discrètement.
Lorsque je créais des costumes j’utilisais souvent cette technique pour enrichir n’importe quel tissu de motifs originaux. Un tissu banal peut devenir précieux grâce à quelques petits ajouts. Avec un beau lacet on peut inventer toutes sortes de formes.
 

.... je n’ai toujours pas trouvé de solution pour le visage.

 
4-Manchon et Bustier….
Vient la partie la plus délicate me semble-t-il : le fil d’or.
Une idée qui arrive vite se transforme en certitude.
J’ai imaginé depuis le tout début de cette broderie que j’utiliserai un fil métallique plat appelé lamé.
Il y en a un que j’aime beaucoup chez Au Ver à Soie. Je compte sur lui pour faire le job !
Je fais quelques tests avant de comprendre comment l’utiliser pour rendre le motif de la robe. Cela fonctionne très bien. Ce n’est ni trop épais ni trop fin. C’est parfait. Associé à un deuxième lamé cuivré je me rapproche du rendu de l’illustration.
5-Serre-tête lierre…
J’ai pensé un moment utiliser un lacet type coton ciré ou un lacet textile original mais j’en ai déjà un pour la fibule. Choisir un fil original multiplie les risques de rupture et les moments de galère pour en trouver un équivalent.
Vous avez compris que faire le choix d’accessoires et fils originaux sont des bombes à retardement ?
J’ai déjà 2 bombes, la boucle de ceinture et le lacet or, je vais m’arrêter là.
Pour ce serre-tête bucolique je vais créer un effet avec du mouliné classique mais en l’utilisant très différemment : je vais utiliser le brin en entier, soit les 6 fils ensemble. Puis je travaillerai pour lui donner la forme d’une tresse.
Trois jours plutôt j’étais allée consulter un œil expert pour me rendre compte si j’étais juste ou non dans mes choix. Si l’on s’est connues il y a quelques années sur les salons, vous et moi, vous avez dû rencontrer Gwen qui m’y accompagnait alors. Ce garçon est toujours très pertinent et m’aide à ne pas passer à côté de quelque chose. Lorsqu’on est engloutie dans sa création il arrive que l’on soit en partie aveugle.
Un regard neuf et extérieur est le bienvenu.
 
J’ai totalement confiance en Gwen. J’ai hâte d’entendre son avis.
C’est quelque chose que je fais systématiquement juste avant de rendre ma copie. Cela m’évite d’entendre des exclamations du genre : mais tu as oublié cela !
Sa première remarque sera sur les arbres parce qu’ils sont vraiment très beaux, je vous promets. Cela donne vraiment beaucoup de charme à l’ensemble. J’ai dû éliminer des éléments de l’œuvre originale qui étaient très présents. Mais beaucoup trop kitsch à mon sens. J’ai dû les remplacer par quelque chose qui les fasse oublier. Et apparemment ça marche. Parfois il faut avoir un peu de culot et oser la transgression.
Il a absolument tout disséqué et j’étais heureuse de voir qu’il ne manquait rien. Mes choix étaient validés et complimentés.
Ce n’est pas toujours le cas.
Parfois il me fait refaire des choses ou en ajouter.
La plupart du temps je suis ses conseils. Mais pas toujours….
Alors que ma tresse est en place, je regarde ce visage qui est sensé être plein d’innocence et de grâce or, ce n’est pas ce que je vois.
Quelque chose ne va pas.
J’ai fais les cils, les sourcils.
Pour le moment, elle n’est pas là. Viviane n’est pas là. Je dois encore chercher.
Dans un visage cela se joue au millimètre. Un peu plus de contraste ici, un minuscule trait là. Un petit point.
Tant que je ne verrai pas en face de moi Viviane, je m’accroche et je recommence.
 
Enfin, en essayant de prolonger un trait pour tenter encore quelque chose, voilà que par maladresse, je fais sauter un point.
Ce que je vois va me sauver.
Je comprends alors que je ne dois pas rajouter un trait mais en enlever !
Et voilà comment en retirant un contour qui m’avait servi précédemment pour avancer j’ai vu apparaître devant moi Viviane.
Je vous assure que lorsque cela arrive on le sait tout de suite.
À 11h19 ce matin Viviane m’est apparue vivante, l’œil doux et poétique. Merci.
Finir est toujours difficile. Moralement.
 
J’ai toujours eu du mal à finir. A part lorsque j’ai une échéance et que je n’ai pas le choix.
J’habite avec Viviane depuis le mois d’avril je crois. On vit ensemble.
Je crois que je n’avais pas très envie de la terminer. C’est sans doute pour cela que j’ai mis autant de temps.
Il faut dire que ce personnage n’est pas anodin car Viviane c’est NIMUE. Dans la légende arthurienne Viviane et NIMUE sont des avatars de la Dame du Lac.
 
L’on peut dire qu’ici s’achèvent les péripéties de la petite NIMUE confrontée à son miroir VIVIANE. Il est temps de s’en libérer et de l’offrir au regard du monde.
Merlin s’impatiente il m’attend…
 

C’était l’ultime épisode de Viviane La Dame du Lac

Je vous remercie chaleureusement d’avoir suivi les épisodes et de m’en avoir fait des retours.

Au-delà de la création elle-même cet exercice d’écriture m’aura aussi beaucoup apporté personnellement.

J’espère que ce voile ouvert sur un cheminement créatif vous aura également enrichie. Si vous choisissez de broder à votre tour cet ouvrage de Viviane, je vous souhaite de belles heures de poésie avec vous-même.

Viviane, La Dame du Lac, par Nimuë d’après une illustration de Zéphir d’Elph.

N’hésitez-pas à laisser vos commentaires ci-dessous !

Annaïck Chauvel

Annaïck Chauvel

Bienvenue dans l’histoire des Créations de Nimue. Ici je partage avec vous le Comment et le Pourquoi de ces créations.

Table des matières

Pourquoi je brode ?

Pourquoi nous brodons… Lorsque je brode ce qui m’importe c’est de ressentir des émotions, c’est d’être dans le geste et ensuite je me laisse porter. On

Lire la suite »

Le Commencement

Le Commencement : prologue Dernièrement j’ai proposé un voyage créatif. J’ai proposé à toutes par le biais d’une grille mystère de m’accompagner dans une création. Le

Lire la suite »
5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Catherine Guérineau

Quelle histoire palpitante !!! Je vous ai suivie a chaque pas et c’était passionnant ! A nous de faire vivre Viviane dès la réception de ce magnifique modèle… j’attends avec impatience l’histoire de Merlin. Merci de nous faire partager vos cheminements de création.

Cécile Raffray

Mon petit soulier est déjà devant la cheminée !
je crois bien qu’il tapote un peu d’impatience …
Grande admiration et grand merci.
( c’est bien de broder en un fil, n’est-ce pas ?)

4
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Cadeau
Bonne Année

Nimue01

Entrez ce code dans votre panier et bénéficiez d'une remise de 5 % + 1 cadeau surprise